Témoignages

Écrivez un nouveau message dans le livre d'or

 
 
 
 
 
 
 

Les champs marqués avec un * sont obligatoires.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Il se pourrait que votre message n’apparaisse dans le livre d’or qu’après que nous l’ayons vérifié.
Nous nous réservons le droit de modifier, de supprimer, ou de ne pas publier les messages.
11 messages.
Billard carine Billard carine de La souterraine a écrit le septembre 23, 2018 à 6:26:
Un grand merci à C.c.o pour votre accueil cette année de belles rencontres. Je ne suis pas opéré mais vous m'avez accepté dans votre groupe. Vous êtes tous des personnes magnifiques et je suis très fière de faire partie de c.c.o . Repartis pour une nouvelle année et nouvelles courses ensembles.
fourche fourche de st priest de gimel a écrit le juin 22, 2018 à 2:49:
Première de C.C.O. Corrèze dimanche 24 juin à 10 h à l'étang de Seilhac, rendez vous devant la plage. Un tour de l'étang au programme en marche rapide....Bienvenue à tous ceux qui voudront nous rejoindre, en vue la marche " color-run" de 5 km de Tulle le 08 septembre!!!
RAFFOUX RAFFOUX de Lalinde 24150 a écrit le octobre 1, 2017 à 3:13:
Pour le C.C.O j'ai fait avec Fred Bourliaud le semis marathon de Bergerac et son père,sa sœur et Michel Fourche on fait les 10km J ai passé une super matinée et j ai appréciée la solidarité qu'il y a dans ce groupe car Fred,son père,sa sœur et Michel sont venu me rejoindre à 2km de l arrivée ça m'a donné des ailes pour grappiller quelles secondes Merci à ce groupe que nous formons et j'espère qu il y aura d’autres courses,peut-être en Creuse... Encore merci à vous quatre d être venus à Bergerac
Grelaud Grelaud de Saint JUNIEN a écrit le septembre 24, 2017 à 3:57:
J'ai participé samedi dernier à un entraînement avec le coach de cco ... un vrai moment de partage entre membre de l association... j ai fait de belles rencontres et je suis ravi de la prise en charge du coach... nous allons avoir des objectifs individuel des la prochaine séance en attendant je vais appliquer les conseils perso pour m améliorer ... je suis motivé comme jamais ... avons alterner course et marche sur 4 km 800 pour ma part PDG 3/4 h j étais ravi de ma performance...
mICHEL FOURCHE mICHEL FOURCHE de St Priest de Gimel a écrit le septembre 10, 2017 à 6:08:
Bonsoir à tous ( il est 00 h 29 dimanche matin 10/09/2017 ), Les foulées Tullistes du 09/09/2017, 10 km. Une course de plus ???? Non !!!! Bien plus qu'une course, une très belle aventure humaine!!! Dire qu'il y a 3 ans je ne connaissais pas Pascal, et une fois de plus il m'a amené à me dépasser pour la finir cette p..... de course de 10 bornes alors que mardi encore j'ai explosé après 800 mètres lors de l'entrainement avec mon club de running !!!! Et que dire des 5 compagnons qui sont venus nous chercher à 400 mètres de l'arrivée, véritables vainqueurs des 10,8 km ???? Nous ne nous connaissions pas, Pascal, Johnny, Fred, Michel, ex-obèses, et nos amis et parents qui ont couru pour notre ASSO et les bénévoles des Rondisport.....mais nous savons tous d'où nous venons, avec nos parcours chaotiques sur les balances, et de faire une telle chose ensemble est tout simplement extraordinaire!!! Nous savons tous que c'est possible de sortir de l'obésité, morbide dans mon cas, à condition de bouger et de se mettre des paris et des objectifs à première vue impossible à réaliser...impossible tout seul mais pas en groupe, et c'est là que C.C.O. a toute sa place. A nous de dupliquer nos expériences, de convaincre d'autres opérés ou non à nous rejoindre et ensemble nous irons encore plus loin !!!! Il y a un Ekiden à Paris l'an prochain, marathon à 6 relayeurs, et je pense que ce serait un magnifique objectif : courir en relai 42.195 km, se passer le témoin, faire une chaîne de l'entraide et de l'amitié..... Qu'en pensez vous ? En s'y prenant très à l'avance dans les réservations cela pourrait un super week-end. Le T.A.C., club organisateur, qui nous a offert les inscriptions, nous a donné une super belle coupe de 50 cm pour le bureau du Doc, et vous remercie tous vivement, bénévoles et coureurs, en vous disant à l'année prochaine pour les 40 ans des Foulées. Bonne nuit à tous, bon week end et à bientôt. Michel.
Margaux Margaux de Alençon a écrit le septembre 9, 2017 à 5:32:
Opérée par le docteur Sodji le 27 décembre 2016 d'un by -pass.depart 109 kilos , aujourd'hui 58kilos. 1 mois apres l'opération je revois mon cher docteur Sodji qui me donne le feu vert pour commencer le sport. C'est parti ... nouveau challenge pour moi.. J'ai 25 ans je n'ai jamais fait de sport de la vie ! Jamais ! Meme gamine j'étais trop obèse ... dispensée de sport ! Courir ??? Kézako? Je ne sais pas courir moi ... Si je cours je tombe .. voici ce que je me disais . Jusqu'à ce que Mr Maxime Sodji me donne la chance de ma vie ! Pour moi hors de question de passer une nouvelle fois sur la table ! Je veux façonner mon corp moi meme et limiter au maximum les dégâts de la peau ! Alors c'est parti inscription à la salle de sport. Toujours en arrêt, ayant donc les journées de dispo , min coach me fait un programme de 3 séances hebdomadaires de 3 heures! Je ne lache rien .. pendant deux mois environ les progrès sont fulgurants et les résultats bien la ! Ma peau se retend doucement .. mon corp est plus fort .. il reste du travail mais les efforts payent ! Puis ensuite reviens cet objectif de réussir à courir .. pas évident .. je commence doucement .. au bout d'une minutes mes jambes me brûlent.. j'abandonne je suis trop fatiguée .. je craque .. je pleure .. Puis le lendemain je retente.. meme échec alors je marche un peu ... rapidement ... le lendemain rebellotte.. trop orgueilleuse pour abandonner je veux montrer à tout ces cons qui pensent que j'ai choisit la facilité que ce n'est pas vrai !! 3 à 4 fois par semaine en plus de mes séances à la salle de sport ,le soir j'allais courir .. du moins essayer ... petit à petit j'y arrivait .. chaque jours quelque minute de plus ... quel fierté pour moi ! Je n'ai rien lâché ! Aujourd'hui cela fait 5 mois que j'ai commencé à courir .. je m'entraîne 3 fois par semaine sur des distance entre 8 et 10 km !! Oui oui vous avez bien lu 10 km !! Moi Margaux je cours 10 km sans m'arrêter ! Sans me blinder de ventoline ... sans avoir les jambes en feu !! Quelle victoire pour moi ... îl y 6 moi je n'avais jamais couru de ma vie ..la course est un sport pour tous ! On peut tous y arriver ! Gardez la foi ! Ne relâchez rien et soyez soutenu ! Aujourd'hui c'est ma plus grande fierté ! Alors un grand merci à Mr Sodji qui m'a permis de réaliser ce rêve ! COURIR ! Allons courons tous contre l'obesite ! Des bisoux !
RAFFOUX RAFFOUX de Lalinde 24150 a écrit le septembre 4, 2017 à 7:56:
Bonjour à tous Je viens de faire la course de la Rhune au pays basque,qui ce déroule le 13 aout Samedi matin arriver au camp de base à Ascain au pied de la Rhune, l après midi retraie du dossard et petit tour en Espagne. Dimanche lever à 6h30 impossible de dormir petit déjeuner,je me prépare l excitation monte 9h le départ est donné nous somme 760 coureurs l'aventure et parti pour14km avec 950m de déniveler positif Ce fut dure car les 7premier km je les ai fait en 2h,sur ces 7km j en ai marché 5km,arrivé en haut quelle récompense avec cette vue splendide,on attaque la descente qui se fait en 1h08 pas sen mal avec quand même quelques difficultés. A l'arrivée on est plus que 688coureurs je finit 684 avec un temps de 3h08. Je suis con-temps de ma performance. J'y suis aller,je l'ai fait,je l'ai vaincu. Encor une victoire sur mon obésité Merci au doc Raffoux Pascal
mICHEL FOURCHE mICHEL FOURCHE de St Priest de Gimel a écrit le juillet 25, 2017 à 7:59:
Trail des Châtaigners, Beynat, 19 février 2017, 12 km. ( 1 h 49 Le mot trail s'applique à fond dans cette épreuve : à part 300 mètres sur une ligne de crête je pense qu'il n'y avait pas d'autre plat sur l'ensemble du parcours. Une chance que la semaine précédente Guillaume, notre coach de la section Sport Santé Running du Tulle Athlétique Club nous ait bien fait travailler les descentes. C'est en descente en effet que j'ai rattrapé et doublé 19 concurrents pour finir 145ème sur 164 arrivés. Fidèle à ma tactique de course, et toujours pour ne pas me mettre en surégime à vouloir suivre le train des autres, j'ai laissé filé les coureurs pour la première descente à travers prés et sous bois, environ 600 mètres avec un bon dénivelé, 2 concurents avalés. Un ruisseau à franchir par le petit pont de bois, comme dans la chanson, et première colline : petites foulées, bien tirer sur les bras, je la passe sans marcher, rattrape un groupe de 4 coureurs et leur colle au train. Les 300 mètres de ligne de crête, vision panoramique à 360°, ciel dégagé, on ralentit tous pour admirer le paysage, c'est cela aussi le trail. Deuxième descente, j'essaye de suivre les conseils de Guillaume, d'attaquer le sol avec le talon et d'enrouler la cheville pour amortir le choc avec le sol, d'être relâché au niveau des bras..pas de racines et terrain sec, je sème les compagnons de route et rattrape d'autres coureurs juste avant la deuxième côte. Plus courte mais plus pentue, quelques marches , les 150 derniers mètres en marchant. La descente qui suit pareille, courte et technique, assez piègeuse, pas évident de s'y lâcher, je cours un peu sur l'arrière, en freinant d'où bobo aux quadriceps et aux genoux, mais j'y double quelques coureurs de plus. Dernière longue, très longue côte, faible dénivelé mais 3 km....piste forestière très large genre boulevard qui n'en finit pas, arrivée très pentue dans le bourg avec du public et cerise sur le clafouti une douzaine de marches juste avant la banderolle. Je suis allé au bout de moi même sur cette épreuve en résistant au retour des coureurs derrière moi dans la côte. « Courir, c'est 80% dans la tête et 20 % dans les jambes » me disait Giles au départ de la course, un copain d'entrainement du running ( même si on ne court pas dans la même catégorie, il a participé à la diagonale du Fou, aux 24 heures de Brive avec 145 km, marathon de Paris et New-York, marathon des Sables, …) Il autres a raison, courir c'est se dépasser, repousser ses limites, se surprendre soi-même, et au passage les, les sceptiques qui nous ont connu gros et avachis.
mICHEL FOURCHE mICHEL FOURCHE de St Priest de Gimel a écrit le juillet 24, 2017 à 8:13:
10 km d'Ussac, le 05 mars 2017. Cela fait deux jours qu'il pleut sans discontinuer, une pluie fine et froide , du genre neige fondue. « Il faut être fou....... » m'a dit mon épouse lorsque je suis parti de la maison vers 7 heures pour me rendre à Ussac, proche commune de Brive, pour participer à leurs 10 km sur route, une première pour moi. Course qualificative pour le championnat de France, beaucoup de pointures , peu de coureurs du dimanche.... 2 boucles de 5 km avec juste un petit faux plat de 200 mètres environ, mais qui dit plat dit pas de relance donc obligé de « pédaler », pas de moment de répit. Comme d'habitude je laisse partir le gros du peloton « maigre » et m'installe en queue.... il pleut toujours mais une fois mouillé on s'habitue, c'est mieux que la chaleur de Brive et on n'a moins besoin de boire. Après 1 km environ je m'aperçois que je ne suis pas le dernier, une voiture balai me suis de près , de très près même, 3 / 4 mètres environ et s'est assez stressant, je suis à une cinquantaine de mètres d'un groupetto de 15 coureurs /ses ( nous serons les seuls à dépasser l'heure sur les 263 partants). Vous n'avez jamais eu l'impression de participer à Pacman ??? moi non plus jusqu'à cette course !!! Si je t'attrape je te mords.... Pour me redonner du courage je m'imaginais la vanne EGR de sa 308 en train de s'obstruer, et je rigolais intérieurement, 10 km à 10 km / h pour un diesel, pas trop recommandé !!! Fin du premier tour en 31', content de ma performance, pourvu que cela dure !! La pluie change de format, on passe du crachin à la bonne pluie, plus la peine d'éviter les flaques d'eau, autant aller tout droit donc acte, bruit des chaussures gorgées d'eau sur le bitume à chaque foulée. A 500 mètres de l'arrivée j'ai donné un coup de rein pour ne pas être dernier, je rattrape lentement une jeune femme et lui met 36' dans la vue dans un sprint rageur ( façon de parler ). 1h 5'26, c'est mon meilleur temps actuellement. 
DELPHINE GERVAISE DELPHINE GERVAISE a écrit le juillet 24, 2017 à 2:40:
Bonsoir , Depuis mon opération, je Cours tous les 2 jours au moins 10 km qu’il pleuve ou qu’il fasse une chaleur de plomb. J’adore courir, je Cours le Soir après mon boulot c’est à dire à 19h00, et Cela me libère l’esprit et me redonne la pêche, cela n’affecte pas mon sommeil, je dors comme un bébé. De plus la course m’a remusclée. Voilà, mes sensations. Bises à tous
Michel Fourche Michel Fourche a écrit le juillet 24, 2017 à 2:38:
Première course. 10 km de Brive du 27/05/2016. Qu’est-ce qu’il t’a pris de t’inscrire à cette foutue course ? C’est ce qui tournait en rond dans ma tête à quelques minutes du départ. Un an après ma sleeve, opération bariatrique pratiquée le 29/01/2015 par le Dr. Sodji des Émailleurs à l’époque, qu’est-ce qu’il m’a pris en effet lors de la visite de contrôle des un an de lui dire mon intention de participer à cette course de 10 km, moi qui depuis mon service militaire n’avais jamais recouru sur une telle distance ? J’étais passé de 126 à 79 kg en 1 an, palier par palier, content d’entendre lors de mes pesées hebdomadaires les « ouf » de soulagement poussés par ma balance !!! Avant de prendre ma décision de me faire opérer j’avais assisté à une des réunions trimestrielles organisé par « Dieu », surnom tout amical et plein de respect que beaucoup de ses patients lui donnent ( lui au moins nous sommes certains qu’il fait du bien autour de lui !! ) et j’avais bien retenu son message : l’opération ne sert à rien si vous ne vous prenez pas en charge, il faut se remuscler ( il y avait au moins 15 kg de muscle dans mes 47 kg perdus ) bouger et faire du sport, sinon c’est l’échec assuré et la reprise de poids. La fameuse lune de miel, période allant de 9 mois à un an où on maigrit par le seul fait de l’opération était terminée pour moi, les vieux réflexes du grignotage et de se resservir revenaient. J’avais pris un abonnement à la salle de remise en forme Elancia de Tulle où Pierre m’avait fait 5 programmes sur mesure sur clé u.s.b. pour éviter la lassitude pour me remuscler de partout, abdos, bras, jambes et beaucoup de gainage avec un peu de tapis roulant. Il me fallait un objectif difficile à atteindre, devant témoins, pour que je ne flanche pas dans ma reprise en main de mon corps, défi avec moi-même qui m’oblige à faire attention. Un flyer dans la salle Elancia de Tulle m’a fait prendre cette décision : je participerai à cette course de 10 km. Pierre m’a refait des programmes spécifiques qui allaient crescendo jusqu’à la course, séances en salle et deux en extérieur par semaine. La course en elle-même n’est pas un but, c’est un moyen de se prouver que l’on peut dominer son corps, lui faire faire des choses que l’on n’aurait pas imaginées possibles un peu plus tôt dans sa vie d’obèse, de retrouver une estime en soi, de voir le regard des autres changer autour de nous…. Me voilà fin janvier 2016 annonçant au Doc cette décision, il me demande si je suis sérieux, je lui réponds que oui. Il approuve cette idée et me dit qu’il va essayer de rallier d’autres patients autour de ce projet. Et quand le Doc a une idée en tête…….. Quelques jours avant la course Chantal m’appelle pour me dire que FR3 Limousin souhaite faire un reportage sur mon expérience. Rendez-vous est pris à la salle Elancia pour une interview et des prises de vue puis autour du stade de Tulle. Avec tous les Limousins comme témoin, plus moyen de reculer….et c’est pourquoi nous nous sommes retrouvés à 11 je crois sur la ligne de départ avec les maillots vert de courir contre l’obésité. Pris en charge par Pascal et Isabelle et pris aussi par l’euphorie de tout ce public, je suis parti sur un trop grand rythme, autour des 10 / 11 km / h, en fixant non pas le sol mais le joli derrière d’une jeune femme qui allait à notre allure devant nous, on se fixe les objectifs qu’on peut….les 3 premiers km sans souci et premier ravitaillement où on me bouscule avant que je n’ai pu boire. Pascal me dit de reprendre un verre d’eau, mais moi frais comme un gardon je passe outre ses bons conseils et me remets à courir. Au ravitaillement du 6ème kilomètre, j’ai bu mais trop tard, déjà déshydraté, et la jeune femme nous a lentement semé, adieu joli derrière, et bonjour la souffrance. Les organisateurs ont rallongé les km ou quoi ? Interminable. Nous sommes rapidement tombé sous les 9 km / h, Isabelle est partie en éclaireuse pour passer la ligne et est revenu me chercher….je pense que nous avons mis 15 minutes pour parcourir le dernier kilomètre, sans Pascal je n’aurai jamais eu la force de finir. Retour d’Isabelle dans les derniers 400 mètres et c’est bras dessus bras dessous que nous avons enfin franchi la ligne : 1 h 16 minutes, 1771 sur 1959 partants, 189 sur 267 dans ma catégorie, beaucoup avaient abandonné !!!! Mais premier dans la catégorie « ex-obèse » voulant se prouver et prouver au monde que l’obésité n’est pas une fatalité et qu’en se bougeant le cul on peut en sortir !!!! Jamais je n’oublierai ce que je dois à Pascal et Isabelle d’avoir pu mener à bien cette folle entreprise, pour cette course là et toutes les autres qui ont suivi, course contre moi même, contre l’obésité. Pari tenu…..mais à quel prix : lèvres craquelées et des crampes cuisses et mollets toute la nuit, 6 heures sans pouvoir sortir de mon canapé, dès que je bougeais, elles revenaient. Et tout cela parce que je n’avais pas assez bu, la veille, la nuit précédente, toute la journée et pendant la course. On apprend de ses erreurs et je fais suivre systématiquement une gourde pour chaque sortie, même courte. Comme nous avons un petit estomac pour les « sleeve » et plus d’estomac pour les « by-pass » il est impératif de s’hydrater longtemps avant, pendant et après l’effort, petites gorgées par petites gorgées. Notre maxime (comme le Docteur !!) « Seul on court vite, ensemble on va plus loin » est vraie, nous l’avons vérifié lors de cette course. Sachez que si vous hésitez à vous lancer dans ce défi avec vous-même, vous ne serez pas seuls dans cette aventure, et c’est ensemble que nous passerons la ligne d’arrivée !!!